Attribution de la prime

11 jan 2019 Actualité publique

Dans le cadre de la négociation annuelle sur les salaires effectifs au titre de l’année 2018, la Direction et les organisations syndicales( pas FO comme vous le savez)ont convenu de verser une prime, au salariés permanents de l’UES (pas pour les CDI Intérimaire les grands perdants) eu titre du crédit d’impôt compétitivité et emploi de l’année 2018.

Serons bénéficiaire de la dite prime les salariés permanent des niveaux A à K de l’UES Crit (CRIT. AB. LES COMPAGNONS. LES VOLANTS. PRESTINTER. RH FORMATION.

Ayant une ancienneté d’une année révolue au 31 décembre 2018, présents à l’effectif au 31 janvier 2019.

Cette prime, d’un montant maximum de 1200€ Brut (demande FO 1500€) pour un temps plein présent toute l’année, sera versée avec le salaire du mois de janvier 2019, au prorata du temps de présence et selon le barème suivant :

Temps de présence inférieur à 25% entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2018 pas de prime.

Temps de présence compris entre 25% et 49%:  300€

Temps de présence compris entre 50% et 79%:  600€

Temps de présence compris entre 80% et 89%:  900€

Temps de présence compris entre 90% et 100%:  1200€

Au final, signature ou pas ce sera 1200€.

Deux syndicats ont donné leur accord au lieu de se battre avec FO INTERIM Crit.  Notre dernière proposition était de 1500 €. Cette prime vous la méritez ! Jamais d’augmentation de salaire générale, aucune prise en compte de l’augmentation du coût de la vie, des charges incompressibles qui augmentent tous les ans  

… et rien pour les intérimaires, les CDI intérimaires, où est la reconnaissance ?

Votre équipe FO

Bonne Année 2019

01 jan 2019 Actualité publique

Un Nouvel An pour un… Nouvel élan !
Que cette nouvelle aventure qui commence,
Vous apporte son lot de joie, d’amour et de chance,
Que tous vos rêves et vos espérances,
Se réalisent dans l’abondance,
Et que chacune de vos résolutions,
Annonce une nouvelle vie, pleine d’émotions !

Toute l’équipe FO Intérim Crit

LOI n° 2018-1213 du 24 décembre 2018 portant mesures d’urgence économiques et sociales

LOI n° 2018-1213 du 24 décembre 2018 portant mesures d’urgence économiques et sociales (1)NOR: MTRX1834337L

ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2018/12/24/MTRX1834337L/jo/texte 
Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2018/12/24/2018-1213/jo/texte

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article 1

I. – Bénéficie de l’exonération prévue au IV la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat respectant les conditions prévues aux II et III qui est attribuée à leurs salariés par les employeurs soumis à l’obligation prévue à l’article L. 5422-13 du code du travail ou relevant des 3° à 6° de l’article L. 5424-1 du même code.
Cette prime peut être attribuée par l’employeur à l’ensemble des salariés ou à ceux dont la rémunération est inférieure à un plafond.
II. – Pour les salariés ayant perçu en 2018 une rémunération inférieure à trois fois la valeur annuelle du salaire minimum de croissance calculée pour un an sur la base de la durée légale du travail, la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat bénéficie de l’exonération prévue au IV, dans la limite de 1 000 € par bénéficiaire, lorsqu’elle satisfait les conditions suivantes :
1° Elle bénéficie aux salariés liés par un contrat de travail au 31 décembre 2018 ou à la date de versement, si celle-ci est antérieure ;
2° Son montant peut être modulé selon les bénéficiaires en fonction de critères tels que la rémunération, le niveau de classifications ou la durée de présence effective pendant l’année 2018 ou la durée de travail prévue au contrat de travail mentionnées à la dernière phrase du deuxième alinéa du III de l’article L. 241-13 du code de la sécurité sociale. Les congés prévus au chapitre V du titre II du livre II de la première partie du code du travail sont assimilés à des périodes de présence effective ;
3° Son versement est réalisé entre le 11 décembre 2018 et le 31 mars 2019 ;
4° Elle ne peut se substituer à des augmentations de rémunération ni à des primes prévues par un accord salarial, le contrat de travail ou les usages en vigueur dans l’entreprise. Elle ne peut non plus se substituer à aucun des éléments de rémunération, au sens de l’article L. 242-1 du code de la sécurité sociale, versés par l’employeur ou qui deviennent obligatoires en vertu de règles légales, contractuelles ou d’usage.
III. – Le montant de la prime ainsi que, le cas échéant, le plafond mentionné au second alinéa du I et la modulation de son niveau entre les bénéficiaires dans les conditions prévues au 2° du II font l’objet d’un accord d’entreprise ou de groupe conclu selon les modalités énumérées à l’article L. 3312-5 du code du travail. Toutefois, ces modalités peuvent être arrêtées au plus tard le 31 janvier 2019 par décision unilatérale du chef d’entreprise. En cas de décision unilatérale, l’employeur en informe, au plus tard le 31 mars 2019, le comité social et économique, le comité d’entreprise, les délégués du personnel ou la délégation unique du personnel, s’ils existent.
IV. – La prime attribuée dans les conditions prévues aux I à III est exonérée d’impôt sur le revenu, de toutes les cotisations et contributions sociales d’origine légale ou conventionnelle ainsi que des participations, taxes et contributions prévues aux articles 235 bis, 1599 ter A et 1609 quinvicies du code général des impôts ainsi qu’aux articles L. 6131-1, L. 6331-2, L. 6331-9 et L. 6322-37 du code du travail dans leur rédaction en vigueur à la date de son versement. Elle est exclue des ressources prises en compte pour le calcul de la prime d’activité mentionnée à l’article L. 841-1 du code de la sécurité sociale.
V. – Pour l’application du présent article à Mayotte et à Saint-Pierre-et-Miquelon, les références au code de la sécurité sociale sont remplacées par les références aux dispositions applicables localement ayant le même objet.

Négociation salariale

26 déc 2018 Actualité publique

Les NAO ?

La direction a refusé toutes nos demandes, une véritable honte !

Nos demandes :

Prime CICE 2000€ Calculée au prorata du temps de présence entre le 02.01. et le 31.12.. FO ne retient pas la date du 1er janvier, ce jour étant férié

Les Salariés doivent être encore présents dans l’Entreprise à la date du versement de la prime

Une augmentation de l’indemnité kilométrique, passant de 0,36 à 0,40 centimes d’Euro

Compte tenu de l’augmentation du coût de la vie de 2,3%, de celle du contrôle technique et du gasoil.

Une augmentation du niveau des salaires par niveau de classification :

– De A à D  : 100 Euros
– De E à F : 75 Euros
– De G à L : 50 Euros

Une augmentation des tickets restaurant, passant de 8,20 à 9,00 Euros, pour les mêmes raisons citées ci-dessusUn 13èmeMois , pour rééquilibrer les égalités entre les salariés du groupe

Une augmentation de la prise en charge des frais de déjeuner, passant de 16 à 18 Euros ( augmentation du coût de la vie)La demande d’un budget accordé par Secteur, pour les fêtes de fin d’année au bénéfice des intérimaires et des CDII (Remboursement sur facture). But = Fidélisation

Suppression du délai de carence pour les maladies de longue durée (ALD) quelle que soit le nombre d’arrêts dans l’année.

Augmentation du remboursement des frais de repas 18 € le midi et 22€ le soir

Prise en charge par l’entreprise des frais de stationnement pour les salariés de l’UES CRIT

La direction balais d’un revers de la main la totalité  :

Pour la prime, la direction nous fait un chantage: ou vous signez pour 1250€ ou pas de signature et c’est 1200€.

Pour votre info personnelle, signature ou pas c’est 1200€. Mais qu’importe deux syndicats très proches de la direction vont signer au lieu de se battre avec FO Crit qui je vous le rappelle avait demandé  au départ 2000€ de prime, prime que vous méritiez ! Ensuite nous avons revu notre demande et proposé 1500€ dernière proposition.

Nous ne sommes pas un syndicat contestataire en permanence, nous ne sommes pas un syndicat complaisant. NOUS SOMMES FO FEC CRIT.

Votre équipe FO Crit

Belle victoire pour FO !

14 juil 2018 Actualité publique

Belle victoire !

Reste à revenir devant le Conseil d’Etat afin d’obtenir l’annulation de l’arrêté d’extension du 22 février 2014 et ainsi que tous les salariés ayant conclu des CDII entre cette date et le 17 août 2015 (date d’entrée en vigueur de la loi Rebsamen lui ayant donné une traduction législative) et dont le contrat à ce jour est toujours en cours (près de 1 000 salariés sont concernés) soient en droit de faire requalifier leur contrat en CDI de droit commun !!

FO Crit

Pour l’élection des membres du CSE (fin 2018 début 2019), il n’est jamais trop tôt

12 juil 2018 Actualité publique

Votre demande officiel !

ELECTION DES MEMBRES DU CSE fin 2018 début 2019,  afin de préparer notre liste égalitaire Femme/Homme comme à notre habitude !

Pour le 1er TOUR et le 2éme TOUR

OUI JE VAIS SUR LA LISTE FO CRIT

N’hésitez pas à nous appeler

Farid Hammoudi 06.10.22.60.99

Référent Syndical FO FEC CRIT

Je rejoins la liste FO FEC CRIT POUR L’ELECTION DU CSE (Comité social et économique)

Permanent….…..                                                                  Intérimaire………

Nom : ………… Prénom :…… …….r………………………………………

Adresse :………………………….……

Code.Postal :……………………… Ville :……………………………………………………………………..

Date de Naissance : ………../…………/…………ville……………………………………

Tel dom :…… Bur :…..…………Portable : ………………………..…..

@personnel: ………………………………………………………….……

Fonction :…..………………………………………..…………………………………….

A renvoyer à  FO FEC CRIT   PAR MAIL le plus rapidement possible (farid.hammoudi78@gmail.com)

Tel Farid Hammoudi : 06.10.22.60.99

Obligatoire : Copie  de la Pièce d’identité recto verso

(Aucune demande ne sera prise en compte sans formulaire complet)

Faire un copier coller